Créer son entreprise : se faire accompagner ou pas ?

Aide à la création d'entreprise

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email
Partager sur whatsapp

C’est décidé, vous voulez vous lancer à votre compte, être votre propre chef, découvrir ce nouveau métier. 

Sachez que le taux de pérennité à 3 ans pour les entrepreneurs qui ont bénéficié d’un accompagnement dans leur projet est en moyenne supérieur à 80%.

Alors, avant de foncer tête baissée et d’immatriculer votre entreprise demain matin, nous vous invitons à découvrir les différentes possibilités d’accompagnement. 

Vous pourrez ensuite décider, en toute connaissance de cause, si vous êtes de ceux qui se lancent en solitaire ou bien en équipe.

 

Pourquoi se faire accompagner ? 

Le taux de pérennité à 3 ans est, certes, un argument de poids. Mais les raisons suivantes sont également évoquées par les créateurs : 

  • Prendre du recul sur son projet, ses débuts
  • Sortir de l’isolement propre au créateur d’entreprise
  • Être accompagné pour se retrouver dans les méandres administratifs de la création
    • Choix de son statut
    • Respect de la règlementation
  • Bénéficier de l’expertise de la structure accompagnatrice, d’un réseau professionnel

Quels sont les avantages d’un accompagnement ? 

Se faire accompagner procure des avantages qui sont loin d’être négligeables. Parmi les plus évidents, on peut citer : 

  • Aller plus vite car on perd moins de temps à chercher, seul, les informations 
  • Construire un réseau professionnel d’experts dans différents domaines
  • Avoir un projet davantage réfléchi
  • Selon le type d’accompagnement : être accompagné dans les formalités d’immatriculation

Comment se faire accompagner ?

Une bonne nouvelle : l’accompagnement est possible quel que soit le stade d’avancée de son projet. Celui-ci ne débute pas forcément avant l’immatriculation de son activité. Il peut être mis en place après cette formalité. 

L’accompagnement en phase de réflexion 

Vous avez une idée, elle n’est pas forcément très précise. Vous ne savez pas si elle est viable ni comment la concrétiser. 

Les pré-incubateurs ou les organismes spécialisés dans l’accompagnement à projets sont faits pour vous. Ils vous permettront de :

  1. Mettre vos idées à plat
  2. Réaliser une étude de marché
  3. Vérifier la viabilité du projet en fonction du marché
  4. Poser son offre de produits, de services
  5. Etablir un business plan
  6. Réfléchir à votre statut
  7. Et surtout : vérifier si vous voulez réellement concrétiser cette idée et vous lancer à votre compte

Cette phase peut être très rapide, selon l’avancée de votre réflexion : de quelques semaines à 3 mois.

L’accompagnement en phase de test 

Votre idée est définie, vous savez davantage où vous allez, comment vous y allez. Mais vous n’êtes pas encore prêt à sauter dans le grand bain sans bouée.

Vous pouvez intégrer un incubateur, ou bien une coopérative d’activité dans le cadre d’un contrat d’appui au projet d’entreprise (CAPE).

Quels sont les points clés de ces 2 dispositifs ?

  1. L’incubateur
    1. Intégration sur dossier
    2. Accompagnement dans la concrétisation du projet
    3. Ateliers/formations avec des experts dans chaque domaine
    4. Pas de facturation possible car par d’identité juridique
    5. Accès gratuit ou payant selon les incubateurs
  2. La couveuse
    1. Signature d’un contrat d’appui au projet d’entreprise (compatible avec le maintien des ARE)
    2. Possibilité de facturer ses clients (sous l’identité juridique de la couveuse)
    3. Accompagnement individuel
    4. Parcours de formations / ateliers avec les autres couvés possibles
    5. Frais de gestion variables selon les couveuses
    6. Pourcentage sur le chiffre d’affaires
    7. Si rétribution sous forme de salaire = charges sociales
    8. Durée pouvant aller de 1 à 3 ans (contrat signé pour 1 an, renouvelable 2 fois. Possibilité de l’arrêter en cours de route)

 l’accompagnement post-immatriculation

Vous avez immatriculé votre activité auprès d’une des chambres consulaires mais vous ne voulez pas rester seul dans cette phase de lancement. 

Plusieurs dispositifs sont envisageables : 

  1. Intégrer une pépinière d’entreprise
    1. Être immatriculé
    2. Avoir moins de 3 ans d’existence
    3. Bénéficier d’un accompagnement personnalisé
    4. Avoir accès aux animations / ateliers de la pépinière
  2. Vous faire accompagner par les chambres consulaires
    1. Suivi de formations proposées par les chambres consulaires à des tarifs très intéressants
    2. Accompagnement par un conseiller (uniquement si vous avez été accompagné par la chambre consulaire durant votre phase de création)
  3. Devenir entrepreneur-salarié dans une coopérative après la fin de votre CAPE
    1. Accompagnement possible
    2. Ateliers de la coopérative
    3. Lien avec les coopérateurs
    4. Frais de gestion
    5. Pourcentage du chiffre d’affaires
    6. Statut de salarié

Il existe aussi des associations qui proposent des accompagnements pour des publics d’entrepreneurs spécifiques (entrepreneuriat au féminin par exemple). Vos conseillers consulaires peuvent vous orienter vers ces associations.

Les avantages et les inconvénients de ces dispositifs

Chaque dispositif à ses avantages et ses inconvénients. Vous en trouverez ci-dessous un petit aperçu.

AvantagesInconvénient
Pré-incubateur IncubateurAccompagnement
Échange avec des experts
Échange avec les autres porteurs de projets
Coût d’accès
Admission sur dossier
Pas de statut juridique = pas de facturation possible
Souvent réservé aux projets dits « innovants »
PépinièreAccompagnement personnalisé
Participation à des ateliers
Possibilité d’accès à des bureaux
Coût d’accès
Admission sur dossier
Être immatriculé depuis moins de 3 ans
Toutes les activités ne sont pas acceptées
CouveuseAccompagnement individuelFrais de gestion
CAPEParcours de formation
Possibilité de facturer ses clients
Assujetti à la TVA = récupération TVA pour les clients
Récupération des charges
Compatible ARE
Si versement d’un salaire = cotisations retraites & chômage + protection sociale
% sur le CA
Toutes les activités ne sont pas acceptées
Avance des charges avec remboursement en fonction de votre trésorerie sur le compte de la couveuse
Rétribution = salaire = charges sociales (env. 40%)
Tributaire logiciel de gestion de la couveuse
Entrepreneur salariéAccompagnement individuel
Échange avec les autres entrepreneurs
Assujetti à la TVA = récupération TVA pour les clients
Récupération des charges
Statut de salarié = cotisations retraites & chômage + protection sociale
Compatible ARE /td>
Frais de gestion
% sur le CA
Toutes les activités ne sont pas acceptées
Avance des charges avec remboursement en fonction de votre trésorerie sur le compte de la couveuse
Rétribution = salaire = charges sociales (env. 40%)
Tributaire logiciel de gestion de la couveuse
IndépendantChoix de son statut
Être 100% indépendant
Micro-entrepreneur = compatible avec les ARES
Accompagnement possible avec les chambres consulaires
Solitude de l’entrepreneur
Pas de protection sociale selon le statut : nécessité de le prévoir (prévoyance)

Il est fortement souhaitable de se faire accompagner lorsqu’on veut s’installer comme chef d’entreprise. Cela permet de rompre la solitude et surtout de créer son réseau professionnel. 

Les dispositifs existants sont variés. Il faut donc bien prendre le temps d’étudier chaque possibilité et surtout de :

  • Tenir compte de son tempérament
  • Tenir compte de son mode de fonctionnement
  • Tenir compte de ses compétences au moment du lancement du projet.

Rejoignez Rezo24 à Bergerac et Périgueux

Laissez-nous vos coordonnées, nous vous recontacterons

Nos derniers articles

Développer votre entreprise en toute sérénité

Rezo24, c'est déjà plus de 50 entreprises dans toute la Dordogne

chef d'entreprise et clients - rezo24 click to action